Suisse : L’industrie horlogère se porte bien, mais…

le syndicat relate deux tendances : une baisse des volumes de production et le recours de plus en plus important au travail temporaire.

Suisse : L’industrie horlogère se porte bien, mais…

Des récents bruits de couloir laissaient penser que l’industrie horlogère suisse vivrait actuellement des moments difficiles. Selon le syndicat Unia et sa branche horlogère, il n’y a pas d’inquiétude à avoir. « Les résultats et les chiffres d’affaires des entreprises sont toujours aussi bons » explique Virginie Pilault, porte parole du syndicat suisse.

Néanmoins, le syndicat relate deux tendances : une baisse des volumes de production, qui pourrait avoir des répercussions à long terme sur l’emploi, et le recours de plus en plus important au travail temporaire. Les travailleurs frontaliers étant particulièrement concernés. Ce qui fragilise énormément les conditions de travail. Prochainement, le syndicat va entrer en négociation avec le patronat pour l'écriture d'une nouvelle convention collective de la branche. Unia dénonce le recours croissant au travail temporaire et réclame des salaires en adéquation avec les bénéfices engendrés par ces sociétés.

Pour préparer au mieux cette rencontre, le syndicat vient de lancer une grande enquête en ligne sur les conditions de travail dans l’horlogerie, à laquelle les travailleurs frontaliers sont invités à participer. Les salaires, mais également la durée du temps de travail, le congé paternité, un sujet d’actualité en Suisse, … font partie des sujets évoqués.

Virginie Pilault, porte parole du syndicat Unia
Created : mardi 19 novembre 2019 15:51 Categories : Economie | Actualités locales | Social | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : économie | social
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.